Solidarité ou fraternité ?

Charité ! Ce qui meut l’Eglise profondément, c’est ce qu’elle a reçu elle-même du Christ, c’est-à-dire l’amour qui vient du Christ. C’est ce qu’elle est chargée de mettre en œuvre. Cette charité englobe en elle-même la fraternité et la solidarité. Elle n’exclut pas la solidarité qui a cette dimension d’une humanité reliée : tous les hommes sont solidaires les uns des autres. Dans la Doctrine sociale de l’Eglise, on parle du « principe de solidarité ». Nous ne sommes pas indépendants les uns des autres. Il faut remonter à la Bible lorsque Dieu s’adresse à Caïn qui vient de tuer Abel et qui dit : « Qu’as-tu fait de ton frère ? » (Genèse 4, 1-16). Caïn répond : « Suis-je le gardien de mon frère ? » Mais oui, nous sommes le gardien de nos frères ! C’est ce qu’exprime cette solidarité : l’union de tous les hommes entre eux. La fraternité – au fronton de tous les édifices publics – exprime que ce lien est comme un lien du sang. Elle prend pour nous, chrétiens, une dimension particulière, parce que si nous sommes frères, c’est d’abord parce que nous sommes fils. Ce lien s’enracine dans cette filiation, dans le fait que nous sommes tous fils de Dieu. Donc, je réponds « charité », parce qu’elle englobe la solidarité et la fraternité.

eglisecatholique.fr
Dvo45

GRATUIT
VOIR